abolition

abolition [ abɔlisjɔ̃ ] n. f.
abolicion 1316; lat. abolitio
1Dr. Le fait d'abolir, de supprimer; son résultat. L'abolition d'une loi. abrogation. L'abolition des privilèges le 4 août 1789.
2Cour. Suppression (d'une coutume, d'une situation). L'abolition de l'esclavage, de la peine de mort.

abolition nom féminin (latin abolitio) Action d'abolir, d'annuler, de supprimer : L'abolition des contrôles.abolition (synonymes) nom féminin (latin abolitio) Action d' abolir , d'annuler, de supprimer
Synonymes :
- anéantissement
- révocation
Contraires :

abolition
n. f. Action d'abolir; son résultat. Abolition de l'esclavage.

⇒ABOLITION, subst. fém.
Action d'abolir.
A.— DR. [En parlant des lois ou d'une décision officielle émanant d'une autorité légale (cf. hist.)] :
1. Peu après, le peuple demande l'abolition de la loi qui défend le mariage entre les deux ordres, et veut entrer en partage du consulat.
J. MICHELET, Histoire romaine, t. 1, 1831, p. 132.
2. L'ordre d'incarcération était venu d'en haut, il faut que d'en haut aussi vienne l'ordre de liberté. Or Napoléon est rentré depuis quinze jours à peine; à peine aussi les lettres d'abolition doivent-elles être expédiées.
A. DUMAS, père, Le Comte de Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 143.
Rem. L'expr. lettres d'abolition appartient à la lang. du dr. anc. et à la lang. diplomatique; elle désigne la décision royale qui, avant 1789, soustrayait un délinquant aux poursuites commencées ou à la peine prononcée (cf. M. MARION, Dictionnaire des institutions de la France aux XVIIe et XVIIIe s., 1923; cf. aussi hist. I).
B.— Accept. fig. ou gén. :
3. ... car le baptême étant aussi là-dedans, soixante-dix-sept signifie l'abolition de tous les péchés par le baptême, comme saint Augustin l'a démontré aux académies d'Afrique.
E. PIVERT DE SÉNANCOUR, Obermann, 1840, p. 10.
4. ... il faut des instruments de vie tout nouveaux, et l'abolition, le sacrifice définitif de l'organisme primitif. (...) Plusieurs chenilles qui se changent en pleine lumière, et suspendues à un arbre par un petit câble de soie, nous permettent de voir de près, de nos yeux, ce prodigieux tour de force.
J. MICHELET, L'Insecte, 1857, p. 70.
5. ... là où les volontés ne coopèrent pas librement à l'œuvre sociale, là où l'individu est soumis à la loi de l'ensemble par la force et par l'habitude, et non point par la seule raison, l'humanité est basse et mutilée. C'est donc seulement par l'abolition du capitalisme et l'avènement du socialisme que l'humanité s'accomplira.
J. JAURÈS, Études socialistes, Le Socialisme et la vie, 1901, p. 136.
6. Thibaudet remarque chez Mallarmé l'emploi préféré des mots négatifs, notamment des « absences »; il eût pu joindre des « néants », des « vacances », des « nudités », des « abstentions », des « abolitions », des « inanités » : ...
J. BENDA, La France byzantine ou le Triomphe de la littérature pure, 1945, p. 21.
Rem. 1. Pour les séries synon. ou anton., abolition peut être l'obj. du même type de classement que le verbe abolir. 2. L'ex. 3 présente une nuance de sens (effacement) propre au vocab. relig.; l'effacement des péchés est assimilé à un acte de Dieu, souverain juge. 3. Comme pour abolir, les groupes associatifs les plus fréq. peuvent être répartis en deux catégories : . abolition de + compl.; . abolition + adj. (cf. corresp. sous abolir). Abolition a fréquemment pour compl. les mots esclavage, impôts, peine de mort, privilèges, sacrifice, usages, etc. ou appelle les épithètes définitive, entière, générale, irrévocable, radicale, totale. (cf. E.-D. BAR, Dictionnaire des épithètes et qualificatifs, 1930).
Stylistique — Abolition, comme abolir, appartient dès l'orig. à la lang. jur. Réservé jusqu'au XVIIe s. au vocab. du dr. pénal, il passe ensuite dans le domaine relig. (vocab. pénitentiel) et dans le vocab. du dr. institutionnel. À partir du XIXe s., le mot ayant pris un sens plus gén., figure comme synon. de destruction (cf. sém. ex. 4, 6) dans des cont. caractérisés par une certaine recherche styl.; mais son emploi demeure rare, contrairement au verbe abolir. Dans les textes jur., abolition semble également en régression à l'époque mod., où il est concurrencé ou supplanté par une terminol. plus précise (abrogation, annulation, révocation, etc.), et où il n'apparaît plus guère que dans des commentaires hist. ou philos., ou comme réf. à des textes anc. (cf. ex. 1, 2, 5).
Prononc. :[]. Enq. :/abolisiõ/.
ÉTYMOL — Corresp. rom. : prov. abolitió.
1. 1316 « action de prononcer l'effacement d'un délit » terme jur. (Ordonn. faictes en parlement tenu à Vannes, à la suite des Coust. de Bret. ds GDF. Compl. :Graces, remissions et abolucions); 1413, 29 août, « id. » (Ord., X, 164 ds GDF. Compl. :Voulons que nostre presente abolission et grace vaille); 2. 1405, synon. du gr. « amnistie collective, paix jurée entre les partis en cause, serment d'oublier le passé et de se réconcilier » terme hist. (GERSON, Hareng faicte... devant le roy ds GDF. Compl. :les Grecs faisoient commun accord qui se nommoit amnestia que nous pourions appeler abolition, ou tout est pardonné sans jamais rien demander).
Empr. du lat. abolitio attesté dep. Quintilien, comme terme jur. au sens de « interruption d'une poursuite criminelle commencée » (Declamationes 249 p. 19 ds TLL s.v., 120, 2 : petit qui accusabatur ... judicii abolitionem). 1 refléterait plutôt le sémantisme du b. lat. indulgentia qui entraîne avec la remise de la peine l'effacement du délit (LAVEDAN, Dict. Myth. et Ant. s.v. amnistie) : évolution peut-être sous influence du lat. chrét. abolitio peccatorum « remise des péchés, absolution » (BLAISE, s.v.). Abolitio empl. dep. Quintilien comme synon. de oblivio (Institutio oratoria, 9, 2, 97 ds TLL 119, 55 : tyrannum qui sub pacto abolitionis dominationem deposuerat) d'où son emploi pour traduire le gr. (OROSE, Hist. 2, 17, 15 ibid. 119, 50 : quod. pactionis genus... amnestiam vocaverunt, id est abolitionem malorum), d'où 2.
HIST. — Ce terme monosém. ayant plusieurs accept. est attesté dès le début du XIVe s. dans la lang. jur., spécifiquement dans le vocab. du dr. pénal (abolition d'un délit, cf. étymol.); il disparaît dans ce sens avec l'Ancien Régime (cf. inf. I) après avoir dégagé au XVIIe s., dans la lang. relig., une ramification restée vivante (abolition d'un péché, cf. inf. II B). Sans quitter la lang. jur. le mot, sorti du vocab. du dr. pénal, passe dans celui du dr. « institutionnel » (abolition d'une loi, cf. inf. II A). Au XIXe s. enfin, il apparaît dans la lang. commune (abolition de la volonté, cf. inf. II C).
I.— Disparition av. 1789. — « Amnistie », terme de dr. pénal anc. (ainsi défini ds Nouv. Lar. ill. s.v. abolition :On appelait droit d'abolition le droit attribué au roi de soustraire à l'application de la loi celui qui s'était rendu coupable d'un crime capital. L'abolition [était] analogue à notre amnistie (...). Les lettres d'abolition étaient une forme spéc. des lettres de grâce. On nommait lettres d'abolition générale celles que le roi accordait quelquefois à une province, à une ville, pour un crime contre l'autorité royale. Les cessions d'abolition spéciale étaient celles accordées à un individu ou à un groupe de personnes pour un même crime). 1re attest. 1316 (cf. étymol. 1), dernière attest. ds Ac. 1798. XIVe et XVe s. cf. étymol. 1 et 2. XVIe s. : [Cicéron] proposa finablement au Senat de decerner à l'exemple des Atheniens une generale abolition et oubliance des choses faittes alencontre de Caesar. AMYOT, Demosth., 110 (IGLF). XVIIe s. : Abolition aussi est une espece de lettres de grace d'un prince souverain d'aucun forfait ou crime capital perpetré par une commune de pays, ville, bourg ou village de ses subiets. Car aucuns veulent mettre en avant cette difference, entre lettres de grace, et lettres d'abolition, c'est que lettres de grace soient dites quand à un, ou deux, ou trois, ou tel autre nombre de particuliers, se chargeans de tel delict, remission en est faite par ledit prince : et lettres d'abolition quand toute une commune se charge de tel forfait dont nul n'est particulierement et designamment attaint, grace en est faite par ledit prince. NICOT 1606. XVIIIe s. : Son père [le cardinal de Bouillon] tint deux fois de son souverain la dignité de duc et pair, après avoir pensé renverser l'État, après avoir vécu d'abolitions. ST-SIMON, 279, 31 (Littré). XIXe s. cf. sém. A ex. 2. Cette accept. semble disparue au XXe s.
II.— Hist. des accept. attestées apr. 1789. — (Sém. B « action d'abolir ») d'abord terme de dr. « institutionnel » (civil ou relig.), le mot s'est étendu à la lang. commune. A.— En parlant de toute forme d'institution (lois, coustumes, impôts, créances, etc.). 1re attest. ds NICOT 1606, subsiste. XVIIe s. : Abolition de creances et vieilles scedules..., abolition de comptes. NICOT 1606. XVIIIe s. Anéantissement, extinction. Il se dit principalement en parlant des lois et des coustumes. Ac. 1718. Abolition signifie aussi la destruction d'une loi, d'une coûtume. On a eu bien de la peine à faire une entière abolition des superstitions païennes. Trév. 1752. XIXe s. et XXe s. cf. sém. ex. 1. B.— En parlant de relig., « pardon », p. ext. du sens originel, 1re attest. ds FUR. 1690, subsiste. XVIIe s. : Un vray acte de contrition emporte l'abolition de tous les pechez. FUR. 1690. C'est par là que Magdeleine, cette fameuse pécheresse (...), obtint l'entière abolition de tous les dérèglements de sa vie, et qu'elle parvint à un degré si éminent de sainteté. BOURDALOUE, Pensées, t. 2, p. 165 (Littré). XVIIIe s. : Un vrai acte de contrition emporte l'abolition de tous les pechez : en ce cas il signifie absolution. Trév. 1704. XIXe et XXe s. cf. ex. 1. C.— Dans la lang. commune, « anéantissement, extinction » : La paralysie est l'abolition du mouvement et de la sensibilité. LITTRÉ. L'abolition des fonctions du cerveau. Abolition de la volonté. Ac. 1932. cf. aussi ex. 3. — Rem. Dans la lang. litt., noter l'emploi styl. du mot (cf. ex. 5).
STAT. — Fréq. abs. litt. :340. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 727, b) 706; XXe s. : a) 388, b) 212.
BBG. — BOUILLET 1859. — DUPIN-LAB. 1846. — LEP. 1948. — LITTRÉ-ROBIN 1865. — NYSTEN 1814-20. — Pol. 1868. — ST-EDME t. 1 1824.

abolition [abɔlisjɔ̃] n. f.
ÉTYM. Déb. XIVe, dr.; t. de relig. au XVIIe; autres valeurs au XIXe; du lat. abolitio, de abolere. → Abolir.
Action d'abolir, son résultat.
1 Dr. Le fait d'abolir, de supprimer; son résultat. Abrogation, annulation. || L'abolition d'une loi, d'un règlement. Hist. || Lettre d'abolition : décision royale soustrayant une personne aux poursuites ou à une peine (sous l'Ancien Régime). || L'abolition des privilèges, le 4 août 1789.
Relig. Le fait d'effacer (le péché). || L'abolition des péchés par le baptême. Absolution.
2 Cour. Suppression (d'une coutume, d'une situation). Suppression. || L'abolition de la peine de mort, d'un privilège, d'un usage. || Une abolition entière, définitive ( Anéantissement), progressive, spontanée ( Extinction). || Militer pour l'abolition des inégalités. || L'abolition de l'esclavage. Abolitionnisme.
0 Les philanthropes ont obtenu au commencement de ce siècle l'abolition de la peine de mort, ce dernier vestige des siècles de barbarie qu'a traversés l'humanité.
A. Robida, le Vingtième Siècle, p. 101-102 (v. 1900).
CONTR. Conservation, maintien.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • abolition — I noun abolishment, abrogation, annihilation, annulment, cancellation, defeasance, deposal, destruction, desuetude, discontinuance, dissolutio, dissolution, disusage, disuse, elimination, eradication, extermination, extinction, extinguishment,… …   Law dictionary

  • abolition — Abolition. s. f. v. Anéantissement, extinction, il se dit principalement en parlant des loix & des Coustumes. L abolition des cérémonies de la Loy. abolition d une loy. abolition d un culte superstitieux. l entiere abolition de l Ordre des… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • abolition — Abolition, f. C est effacement, aneantissement de quelque chose. Abolition aussi est une espece de lettres de grace d un prince souverain d aucun forfait ou crime capital perpetré par une commune de pays, ville, bourg ou village de ses subjets.… …   Thresor de la langue françoyse

  • Abolition — Ab o*li tion, n. [L. abolitio, fr. abolere: cf. F. abolition. See {Abolish}.] The act of abolishing, or the state of being abolished; an annulling; abrogation; utter destruction; as, the abolition of slavery or the slave trade; the abolition of… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Abolition — is the act of formally repealing an existing legal practice, either by making it illegal, or simply no longer allowing it to exist in any form.Notable things which have been abolished include: *Slavery see Abolitionism *The Soviet Union *Alcohol… …   Wikipedia

  • abolition — (n.) 1520s, from M.Fr. abolition or directly from L. abolitionem (nom. abolitio) an abolition, noun of action from pp. stem of abolere destroy (see ABOLISH (Cf. abolish)). Specific application to opposition to the black slave trade as a political …   Etymology dictionary

  • Abolition — (lat.), Niederschlagung der Strafverfolgung vor erlassenem Straferkenntnis und dadurch von der Begnadigung im engern Sinn als dem Erlaß der rechtskräftig erkannten Strafe unterschieden. Die A. ist entweder eine generelle (abolitio generalis,… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Abolition — (lat.), Abschaffung Aufhebung, insbes. eines strafgerichtlichen Verfahrens durch Gnadenakt …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Abolition — Abolition, landesherrliche Begnadigung eines Angeschuldigten noch vor dessen strafgerichtlicher Beurtheilung. Neuere Gesetzgebungen (z.B. Baiern, Kurhessen) schließen diese Einmischung in den ordentlichen Lauf der Strafgerechtigkeit aus; in den… …   Herders Conversations-Lexikon

  • abolition — [n] formal act of putting an end to, annulling abolishment, abrogation, annihilation, annulment, cancellation, destruction, dissolution, elimination, end, ending, eradication, extirpation, invalidation, negation, nullification, obliteration,… …   New thesaurus

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.